FabWeek : un vent nouveau sur le transport

lun. 22/01/2018

Imaginer les solutions de mobilité de demain dans la métropole toulonnaise

  • Projets étudiants
25 étudiants de l'ISEN, Kedge et Mode 83 ont cinq jours pour imaginer une nouvelle façon d'aborder les transports du Réseau Mistral : meilleur confort, parcours client, vaincre l'ennui, multimodalité totale.

C'est parti ! La FabWeek 2018 a commencé lundi sur le campus de Toulon, en partenariat avec le Réseau Mistral, réseau de transports publics de TPM. 25 étudiants de l'ISEN, KEDGE Design et Mode 83 ont une semaine pour trouver LA bonne idée qui améliorait la vie des utilisateurs de transport en commun. Les élèves ont cinq jours pour élaborer une problématique, l'analyser et trouver une solution pour inventer la mobilité toulonnaise du futur.

"Ce qui nous intéresse c'est la réflexion des étudiants sur le parcours client. On aimerait voir émerger des idées d'amélioration concernant la billetique, le temps passé à l'arrêt, l'occupation du temps dans le bus..." détaille Florence Luciani, responsable commercialisation du Réseau Mistral. La FabWeek permettrait d'entrevoir "l'intermodalité totale" du réseau.

Revoir le design des abribus pour dynamiser l'attente aux arrêts

Les besoins ont été entendus par les participants. Après la réflexion ?  L'action ! Les étudiants enquêtent sur le terrain pour valider ou infomer les hypothèses de départ. Des observations qui apportent une réelle valeur ajoutée à leur projet. "On n'a pas l'habitude d'aller sur le terrain", reconnaît Romain Faller, étudiant ISEN, enthousiasmé par la quantité d'informations recueillis. "On a eu de réels avis, on a pu constater réellement les problèmes du quotidien des utilisateurs.".

"On s'est aperçu qu'aux abords des abribus, les usagers focalisent leur regard sur l'arrivée potentielle du bus", relate Loup Ollivier, étudiant ISEN en cinquième année en Ingénierie des Affaires. "Les bancs sont également très rarement utilisés".  Pour améliorer le temps d'attente à l'abribus, son groupe a pensé à de multiples solutions : revoir le design de l'espace en installant des cubes amovibles pour s'asseoir, intégrer un bouton lumineux à l'arrêt pour prévenir le chauffeur plutôt que tendre désespérement la main lorsque le bus arrive, installer un panneau d'information plus grand et plus lisible ou encore des panneaux solaires...

"Le plus important c'est l'analyse des problématiques"

D'autres groupes se sont penchés sur le problème de saturation aux heures de pointe et ont imaginé placer des capteurs de comptage à l'entrée et à la sortie des bus. Ces informations relayées en direct permettraient aux Toulonnais de mieux organiser leur voyage, soit en attendant le prochain bus soit en utilisant un itinéraire bis. 

Comment vaincre l'ennui ? Comment occuper son temps dans le bus ? Voilà d'autres problématiques auxquelles les étudiants vont tenter de répondre et apporter des solutions, vendredi après-midi. "Le plus 'important c'est l'analyse des problématiques, rappelle Nicolas Facciolo, créateur d'applications pour smartphones et encadrant de la FabWeek. Il ne peut y avoir de bonnes solutions sans un travail au préalable d'enquête, d'analyse. Les étudiants vont au-delà des attentes, je suis très satisfait".

"A l'ISEN, on donne beaucoup de place à l'enseignement créatif", renchérit Alena Siarheyva enseignante à Toulon et responsable de la FabWeek. "Cette semaine, on va au-delà de la créativité. On incorpore la notion d'entreprise avec une logique de start-up où l'écoute du client et de ses besoins est fondamentale".

Trouver une solution adaptée aux besoins du Réseau Mistral, réaliser un prototype et un business model et enfin bâtir un pitch convaincant. Voilà le défi des participants de la FabWeek 2018... 

Les projets et prototypes ont été présentés en fin de semaine par les équipes devant le jury composé d'enseignants, de professionnels et de responsables du Réseau Mistral.

Résultat, deux équipes ex-aequo : "Circle Agency" qui propose de moderniser l'expérience de l'accueil en agence en dématérialisant une partie des démarches via une extension d'appli, et "Trottibus" qui a imaginé de généraliser la trottinette en complément des trajets de bus, avec la possibilité pour les usagers d'emprunter une trotinette à l'abribus pour effectuer le dernier kilomètre, ou encore pour désengorger les véhicules sur les trajets courts. Plus d'informations sur les projets lauréats.


CONTACTEZ-NOUS


UNE QUESTION ?
Notre équipe pédagogique vous répond

Par mail être rappelé
  • Suivez-nous !