Objets connectés : des recherches innovantes

lun. 18/12/2017

Benoît Couraud est devenu docteur en micro et nanoélectronique

  • R&D
Titre de thèse : Optimisation des transferts d'énergie pour les systèmes connectés. Application aux systèmes RFID communiquant en champ proche à très haut débit.

Enseignant-chercheur à l’ISEN Yncréa Méditerranée, Benoît Couraud est devenu lundi dernier, docteur en Sciences*, spécialisation micro et nanoélectronique après avoir soutenu sa thèse sur le campus de Toulon. Devant une trentaine de personnes, Benoît Couraud a communiqué sur "L’optimisation de la télé-alimentation des objets connectés". Pendant quatre années, ses recherches se sont concentrées sur l'amélioration de la qualité des informations reçues par un lecteur via un objet connecté.

Incontournables dans notre quotidien, les objets connectés ont révolutionné nos habitudes. Passeports, cartes de transport éléctroniques ou encore cartes de paiement sans contact sont en constant essor. Cependant, ce développement engendre de nouvelles exigences notamment en termes de sécurité et de rapidité de traitement des informations. Pour communiquer plus vite, les objets connectés doivent communiquer à très haut débit.  Actuellement, un lecteur à très haut débit ne parvient plus à envoyer assez de puissance pour alimenter la puce sans contact. "Une puce sous-alimentée est une puce qui ne communique pas", précise Benoît Couraud. "J’ai essayé de faire en sorte qu’avec cette faible puissance d’alimentation, les passeports parviennent quand même à communiquer". Pari réussi après avoir fourni des outils améliorant la conception des cartes.

Quelle est la finalité dans la vie quotidienne ?
Benoît Couraud : "Améliorer la sécurité tout en améliorant le confort dans la communication sans contact. On va pouvoir payer avec sa carte bancaire en étant sûr que ce soit sécurisé sans que cela prenne trop de temps. Cela permettra également de réduire les temps d’attente à la douane tout en assurant la sécurité du territoire. 

En quoi vos recherches sont novatrices ? 
B.C. :  Jusqu’à présent, il n’y avait pas de travaux dans ce sens-là. Les méthodes actuelles de conception de cartes à puce et d’antennes ne sont jamais remises en question. On part du principe qu’elles sont les meilleures. Nous, à l’ISEN, on a remis en cause ce postulat. Nous proposons une nouvelle méthode pour concevoir ces cartes. Le but étant d’améliorer leur alimentation pendant une communication avec un lecteur très haut débit.

Quelle sera la suite pour vous ?
B.C. : Je continue mes recherches sur cette thématique en élargissant au domaine de l’énergie, comme les réseaux électriques intelligents et l’utilisation des énergies renouvelables. Pour l’instant, nous avons eu quelques publications mais beaucoup sont à venir dans les revues IEEE, organisme international référent dans un domaine comme le numérique". 

*Docteur en Sciences de l'Université Aix-Marseille, Benoît Couraud a réalisé sa thèse dans le cadre du programme européen Catrene du Passeport 4ème génération (projet NewP@ss), co-financé par l’ISEN et la Direction générale des Entreprises. Depuis 2014, il est également responsable du domaine professionnel Smart Energies et Domotique, pour les 4è et 5è années du cycle ingénieur. 

CONTACTEZ-NOUS


UNE QUESTION ?
Notre équipe pédagogique vous répond

Par mail être rappelé
  • Suivez-nous !